Le Flow

Jackson présente les concepts fondamentaux reliés aux expériences positives dans le sport et les facteurs qui y contribuent. Son intérêt d’étude pour des émotions dans le sport vient du fait qu’un grand nombre de personnes ont pu vivre à travers leurs expériences sportives des opportunités d’expression de soi, de réalisation personnelle, de poursuite d’amusement et de compétition, d’où la pertinence d’en connaître plus à ce sujet.

L’auteur poursuit en précisant le lien existant entre la joie, l’amusement et l’état de flow. Selon Csikszentmihalyi, un des auteurs ayant grandement contribué au concept, l’état de flow correspond à un état psychologique optimal dans laquelle une complète absorption dans la tâche conduit à des expériences positives de qualité. Dans ce sens, être dans un état de flow est différent d’être heureux puisque pour éprouver la joie, il faut être focusé à l’intérieur de soi donc il faut attirer l’attention ailleurs que sur la tâche. Pour Csikszentmihalyi, ce n’est qu’après avoir réalisé la tâche qu’on peut analyser l’excellence de l’expérience et en être heureux.
Jakson précise les qualités de l’expérience du flow

1- Équilibre défi-habiletés : l’ équilibre entre les défis et la perception des habiletés doit cependant se situer à un haut niveau de sollicitation sinon l’expérience résulte en ennui ou en anxiété

2- Fusion de l’action et de la conscience : en état de flow, il n’y a pas de focus sur soi mais exclusivement avec l’acte. Le mouvement est perçu sans effort.

3- Buts clairs et feedbacks non ambigus : en état de flow, il y a: a) une grande clarté de ce qui doit être fait, et ce, moment par moment, et il y a conscience de l’action appropriée b) une évaluation et réévaluation continue du processus de performance ce qui donne une idée claire de l’action suivante

4- Totale concentration sur la tâche : en état de flow, il y a absorption complète et totale qui libère des préoccupations habituelles et mène à la performance optimale. Cette concentration est soutenue sans effort pendant tout l’événement

5- Sens de contrôle : l’état de flow amène un sens clair de son habileté à exercer un contrôle en cas de difficulté, et non pas un sentiment de contrôle total de sa performance qui mènerait à une perception plus grande de ses habiletés que celles imposées par le défi lui-même ce qui n’est pas désirable. C’est aussi un sentiment de pouvoir performer sans peur de l’échec et sans égard des conséquences potentielles

6- Perte de contraintes : le performant devrait être si intensément absorbé dans l’action qu’il ne pourrait pas y avoir de place pour les inquiétudes sur soi ou évaluation des autres. La perte de contraintes est différente de l’absence de conscience puisque ce qui limite c’est l’évaluation et le questionnement personnel.

7- Transformation du temps, (qui n’est cependant pas universel) : en état de flow, il y a perte de la perception du temps habituel. Le temps semble s’accélérer donnant l’impression d’avoir fini avant de s’en apercevoir ou bien donne l’impression d’avoir tout le temps du monde.

8- Expérience autotélique : en état de flow, l’activité est pratiquée pour elle-même, la propre récompense est le plaisir qu’elle rapporte.

Donc l’état de flow est un état multidimensionnel et optimal qui peut être favorisé par un encadrement qui intègre déjà ces notions. Cependant, il n’y a pas de consensus quant à la possibilité de contrôler cet état. Parmi les facteurs qui peuvent l’ influencer, il y a la confiance en soi, la qualité de la préparation à la performance et à l’événement. Parmi les facteurs dérangeants, il y a les situations ou environnements non favorables comme la mauvaise température, le manque de préparation physique et les problèmes de fatigue ou de blessure, le manque de confiance ou l’attitude négative, le manque de motivation, la concentration inappropriée,

La connaissance des caractéristiques de l’état de flow, notion souvent mentionnée en performance permet dans un premier temps de s’assurer d’une compréhension commune puis d’en favoriser la recherche lors de l’entraînement des athlètes.

Jackson, SA Factors influencing the occurrence of flow states in elite athletes 1995 Journal of Applied Sport Psychology, 7, 138-166

Csikzentmihalyi, M Flow : the psychology of optimal experience 1990 NY: Harper & Rowe


Publicités
Cet article a été publié dans management, philosophie, sociologie, sport. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s