Un petit rain man sommeille en chacun de nous

De David Larousserie

Il y a peu de sports dans lesquels on puisse devenir champion national en un an. C’est pourtant ce qui est arrivé au journaliste Joshua Foer, tombé lors d’un reportage sur l’une de ces activités : le sport cérébral de mémorisation. Cette compétition assez méconnue a pourtant ses rendez-vous nationaux et internationaux (à ne pas confondre avec les championnats de calcul mental, même si on peut exceller dans les deux !). Selon les lieux, il s’agit de mémoriser en des temps limités des images, des nombres, des vers, des valeurs de cartes à jouer, des informations personnelles (noms, numéros de téléphone, lieux de vie)…

La version mondiale existe depuis vingt ans et le dernier vainqueur est le Chinois Wang Feng, qui a récité par coeur 500 nombres retenus en cinq minutes (record mondial), a mémorisé 341 visages associés à des noms en un quart d’heure ou a recraché 704 dates historiques, découvertes en cinq minutes. Joshua Foer n’a pas fait aussi bien : champion des Etats-Unis en 2006, et 17e mondial la même année.

Le livre qu’il écrit pour retracer son parcours ne raconte cependant pas seulement ces exploits a priori futiles. C’est avant tout une plongée dans notre cerveau et dans l’une de ses fonctions encore mystérieuses, la mémoire. On y croisera donc des spécialistes de ce sujet qui travaillent sur des patients amnésiques ou, au contraire, qui n’oublient jamais. L’auteur deviendra d’ailleurs l’un de ceux-là : un chercheur avait trouvé intéressant de mesurer ses capacités avant l’entraînement et après.

Son « empan mnésique », ou la capacité à retenir des chiffres prononcés à raison d’un par seconde, s’est en effet amélioré, passant de neuf (la moyenne est à sept) à dix-huit. En revanche, sur d’autres tests, il n’était pas meilleur que la moyenne (et il confesse parfois oublier où il a rangé ses clés). La leçon principale qu’il en tire est qu’il a « appris qu’avec assez de concentration, de motivation, de temps, l’esprit pouvait être formé à réaliser des choses extraordinaires ». Bref, la mémoire, ça se travaille.

« Prothèses mnésiques »

Le livre n’est cependant pas un de ces nombreux guides d' »amélioration du cerveau », même s’il révèle quelques trucs de champions. En premier lieu, la construction de « palais de mémoire ». Ces sortes de lieux mi-imaginaires, mi-familiers sont « construits » dans le cerveau pour y déposer des images ou des sons associés à des nombres, des noms, des listes… La mémoire spatiale est la clé, mais aussi la créativité du sujet pour se créer les bonnes représentations.

Au passage, l’auteur dévoile ses doutes sur un célèbre savant singulier, le Britannique Daniel Tammet, autiste et synesthète. Les prouesses du prodige devraient beaucoup plus à la mnémotechnie qu’à un cerveau « anormal ».

L’exploit de l’auteur est aussi l’occasion de livrer des réflexions sur l’évolution de nos sociétés, enclines à abandonner des capacités cérébrales au profit de « prothèses mnésiques » comme les téléphones ou les ordinateurs. Il prophétise ainsi une société qui se construirait des mémoires externes, via ces technologies, à la manière de ce que fait le chercheur de Microsoft, Gordon Bell, qui, depuis des années, enregistre toute sa vie sur des disques durs. Cette externalisation, comme l’écriture au temps de son invention, pourrait marquer profondément l’humanité. De même, Joshua Foer expose les débats qui traversent l’éducation sur l’apprentissage par coeur, opposé à la pédagogie par l’expérience. Sans préférer la première, il note que « plus l’on sait de choses, plus il est facile d’en savoir davantage ».


Aventures au coeur de la mémoire, de Joshua Foer (Robert Laffont, 290 p., 21 )

Publicités
Cet article a été publié dans apprentissage, sport. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s