FFVoile, rapport moral 2011 du Président

Jean Pierre Champion, Président de la FFVoile a présenté son rapport moral le 24 mars 2012.

Permettez moi de revenir dans cet article sur certaines des problématiques repérées :

Dans un premier temps, se fait jour la nécessité de placer le développement de la voile dans sa dimension touristique, de loisirs, sociale et éducative. Au delà du caractère sportif, ces dimensions ont d’autant plus aujourd’hui besoin d’être réaffirmées.

La démarche d’enseignement structurée autour d’une approche adaptée aux différentes attentes de différents publics concourt à répondre à cet  univers pluriel.

Pour autant, dans un second temps, de nombreux points rouges s’allument aujourd’hui sur celui du devenir du système associatif dans la gestion de la dimension économique de nos activités (chiffre d’affaires du réseau des EFV est évalué à plus de 120 millions d’€).

  • La formation des membres à la prestation de services pour des clientèles touristiques, générant en quelques décennies plus de 2 000 équivalents Temps Plein est un enjeu crucial.
  • De toute évidence, au regard des indicateurs disponibles, le modèle de gestion « associatif » est de plus en plus souvent mis en difficulté.
  • Un phénomène peut être identifié, qui plus est allant en s’amplifiant. En effet, est constaté une multiplication de défaillances de clubs avec des cessations d’activité, et plus grave, des liquidations, ou tout simplement, l’abandon volontaire de cette gestion économique devenue trop lourde et contraignante pour des administrateurs bénévoles.
  • Quand il y a défaillance ou abandon, la collectivité locale, consciente aujourd’hui de l’atout que représente notre activité pour son territoire, prend très majoritairement le relais.
  • Ce relais est, dans certains cas, classiquement assuré par la création d’une régie municipale pour gérer l’école de voile, mais nous voyons aussi de plus en plus souvent la commune engager une délégation de service public pour trouver un gestionnaire compétent.
  • L’élément nouveau vient du fait que répondent à ces DSP non seulement des organismes comme l’UCPA, dont c’est le métier traditionnel, mais de façon plus surprenante des sociétés gestionnaires de ports de plaisance, ou de parcs de loisirs mais aussi de grandes multinationales comme Veolia ou la SAUR. A ces acteurs relevés par le président de la fédération, il serait bon d’ajouter également des travailleurs indépendants, voire des sociétés indépendantes à but lucratif.
  • Sans remettre obligatoirement en cause le jeu fédéral, il est en effet possible de s’interroger, sur l’attachement de ce type de société à la Fédération, ce qui peut poser largement question.
    • Pour accompagner cette tendance lourde, il est question, avec les moyens dédiés, de mettre en place une vraie stratégie de soutien à tous les dirigeants associatifs qui voudront maintenir au sein de leur association cette dimension économique.
    • La mise en oeuvre de ce plan d’envergure passe entre autre par la formation de cadres techniques en régions qui doivent devenir de véritables experts en capacité de conseiller, de coacher les clubs dans ce domaine et de leur mettre en main les bons outils.
    • Par ailleurs, la gestion des ressources humaines avec la juste valorisation des professionnels est un incontournable dans la réussite de ce plan.
    • La formation des cadres actuellement trop tournée sur l’expertise technique s’oriente de plus en plus vers la gestion de projet et le management des hommes et des femmes qui sont essentiels pour l’avenir. Plus de temps sur l’eau à convaincre, expliquer, former, animer, faciliter, donner envie,  repositionner la dimension humaine au coeur des activités, sont posés comme prioritaires.
    • De plus, la diminution probable du nombre des 67 postes de cadres techniques d’Etat dans un avenir proche sera un écueil supplémentaire.

Enfin, pour conclure, Jean Pierre Champion a confirmé son attachement à l’ENV (sans le « SN ») dans ses composantes sportive et de formation. Cette collaboration avec l’ENV ne peut s’inscrire que dans une nouvelle gouvernance qu’il s’agira d’affiner. Dans cette approche, en matière de relations internationales, l’ENV pourrait  représenter la Fédération dans certains organismes, traitant notamment de l’enseignement et de la sécurité en mer.

Pour affiner cette lecture, par essence synthétique et subjective, il est possible de consulter l’intégralité du rapport, Rapport_Moral_2011_FFvoile
Source : information transmise par Jean Léopold Coppé, directeur de l’ENVSN

Publicités
Cet article a été publié dans au gré des lectures, management, sociologie, sport. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s