Delanoë ne veut pas payer le short d’Ibrahimovic, et alors ?

ZlatanUne nouvelle fois, François Begaudeau écrit sur le sport dans le supplément Sport et bien être du journal Le Monde, le weekend dernier. Une nouvelle fois, il interroge !

  • L’argent des contribuables et le sport professionnel font-ils toujours bon ménage ?

La question qu’il pose entraîne d’autres questions

  • Cette prise de position est-elle liée à la 3° étape à venir de la décentralisation ?
  • Fait-elle consensus auprès des électeurs ?
  • Les (trop ?) nombreux élus locaux vont-ils se sentir concernés ?

Dommage que l’annonce par Bertrand Delanoë de la réduction des subventions allouées au PSG soit passée comme une lettre à la poste – comme papa dans maman, aurait dit le regretté Thierry Roland. Dommage, parce qu’un débat bien musclé aurait fait émerger une problématique dont les termes excèdent le contexte parisien.

C’est du reste ce contexte qui a tué dans l’oeuf le débat. A tous il apparaît normal que la Mairie de Paris révise à la baisse une aide qui, dans le budget illimité du club, servirait à peine à payer le short d’Ibrahimovic. Mais est-ce à dire que des clubs moins fortunés, moins qatariens, ne seraient pas concernés par cette reconsidération de la question ? Après tout, à Lille autant qu’à Bordeaux ou même Ajaccio, il s’agit toujours de deniers publics versés dans des besaces privées, ce qui ne va pas de soi.

Le foot n’a certes pas le monopole de ce genre de transactions. Aux pouvoirs publics il revient de soutenir l’activité économique privée, afin de créer une dynamique susceptible de rejaillir sur la ville, la région, la nation. Mais, de même qu’une perplexité de gauche amène parfois à douter que le développement des entreprises aidées profite à tous et non pas seulement à leurs patrons, évasion fiscale ou pas, on est fondé à se demander s’il y a, en football, un retour sur investissement pour la ville, la région, la nation.

En somme on voudrait des chiffres. On voudrait que soit clairement quantifié le profit que tire une ville du club qu’elle subventionne. Mais en la matière on n’obtient que des réponses floues. Passant vite sur les éventuels gains directs (un peu d’emploi, un peu d’hôtellerie, un peu de restauration, sous-traitants divers), les intéressés en viennent à convoquer la vieille baudruche de l’image. Un grand club, disent-ils, contribue à l’image positive de la ville dont il porte le nom.

Or il n’est pas établi que l’image positive d’une ville lui rapporte de l’argent, et encore moins établi qu’il y ait transfert de sympathie du club à la ville. Fan du Real depuis trente ans, le suis-je devenu de Madrid ? M’est-il venu, admirant les exploits de la bande à Butragueño, le désir d’aller y dépenser mon fric en cervezas et tapas ? Absolument pas. Le constat vaut pour toutes les équipes qui, hors du périmètre chauvin, jouissent du grand privilège d’avoir ma préférence (Arsenal, la Juve, le Stade Toulousain en rugby) vaut a fortiori pour des clubs dirigés par des gens qui se sont posés là sans réelle considération pour la ville hôte.

Qui peut croire que le quartier de Chelsea a connu un regain de visites ou de célébrité depuis que le club de Chelsea, possédé par un milliardaire russe, a gagné la Champions League ? Qui peut croire que la ville de Paris ramasserait les dividendes d’une victoire semblable de l’équipe d’Ancelotti, où brille un Suédois rémunéré par des princes du Moyen-Orient ?

Nul protectionnisme crypto-xénophobe là-dedans : juste l’évidence que la babélisation des montages financiers frappe définitivement de désuétude la croyance dans un écosystème local. A ce titre, on s’étonne que les municipalités liées aux vingt clubs de Ligue 1 n’en aient pas déjà retiré leurs billes pour les consacrer à la construction de logements sociaux. Gageons que cette chronique mondialement lue lancera le mouvement.

Publicités
Cet article, publié dans philosophie, sociologie, sport, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s